World Mayor 2020

François Decoster, Mayor of Saint-Omer
François Decoster, Maire de Saint-Omer, France, depuis 2014
Des essais World Mayor
François Decoster
Maire de Saint-Omer, France
Par Sean O'Curneen*


OTHER ESSAYS: Mayor of Ankara ||| Mayor of Braga ||| Mayor of Bratislava ||| Mayor of Grigny ||| Maire de Grigny (Français) ||| Mayor of Mannheim ||| Mayor of Raqqa ||| Mayor of Rotterdam ||| Mayor of Saint-Omer ||| Maire de Saint-Omer (Français) ||| Mayor of San Bellino ||| Sindaco di San Bellino |||



FRONT PAGE
About World Mayor
City Mayors Foundation
Email







WORLD MAYOR 2021
- The Winners
- The Project
- The Finalists
- The Shortlist
- The Longlist
- Selection criteria
- Covid-19
- World Mayor history
- World Mayor Sculpture
- Poverty
- Code of Ethics

- Press & Media

INTERVIEWS
- Mayor of Ankara
- Mayor of Braga
- Mayor of Bratislava
- Mayor of Grigny
- Maire de Grigny
- Mayor of Rotterdam
- Mayor of Saint-Omer
- Mayor of San Bellino
- Sindaco di San Bellino
- Mayor of Villa del Conte

ESSAYS
- Mayor of Ankara
- Mayor of Braga
- Mayor of Bratislava
- Mayor of Grigny
- Maire de Grigny
- Mayor of Mannheim
- Mayor of Raqqa
- Mayor of Rotterdam
- Mayor of Saint-Omer
- Maire de Saint-Omer
- Mayor of San Bellino
- Sindaco di San Bellino

TESTIMONIALS
- Mayor of Amsterdam
- Mayor of Ankara
- Mayor of Arnhem
- Mayor of Bergamo
- Mayor of Bogotá
- Mayor of Braga
- Mayor of Bratislava
- Mayor of Buenos Aires
- Mayor of Carmignano
- Mayor of Cascais
- Mayor of Compton
- Mayor of Dantumadiel
- Mayor of Freetown
- Mayor of Grenoble
- Mayor of Grigny
- Mayor of Guarulhos
- Mayor of Kuala Lumpur
- Mayor of Mannheim
- Mayor of Mexico City
- Mayor of Milan
- Mayor of Raqqa
- Mayor of Rostock
- Mayor of Rotterdam
- Mayor of Saint-Omer
- Mayor of San Bellino
- Mayor of Villa del Conte
- Mayor of Warsaw



WORLD MAYOR 2018

WORLD MAYOR 2016

WORLD MAYOR 2014

WORLD MAYOR 2012

WORLD MAYOR 2010

WORLD MAYOR 2008

WORLD MAYOR 2006

WORLD MAYOR 2005

WORLD MAYOR 2004

L'ESSAI
(Essay in English)

Si vous êtes une personne qui aime les surprises, vous allez vraiment aimer cet endroit. S'il existait un indice mesurant le nombre de surprises par habitant, il est fort possible que cette ville soit classée parmi les meilleures du pays, et presque certainement de sa région. Car la ville de Saint-Omer en est pleine, et il est difficile de savoir laquelle vous présenter en premier. La première surprise est peut-être que vous lisiez un article sur cette ville de 15 000 habitants en rapport avec le World Mayor Awards – le concours du meilleur maire du monde. Mais ce ne sera une surprise que pour ceux qui ne connaissent pas le maire François Decoster. Pour ceux qui l'ont vu à l'œuvre, le fait qu'il ait reçu une telle reconnaissance internationale pour son travail n'est pas une surprise du tout.

François est né en dehors des frontières de la commune, mais il a presque immédiatement déménagé avec ses parents pour devenir résident de Saint-Omer, une ville dont l'illustre histoire et ses nombreuses réalisations remontent à plusieurs siècles. En effet, éclipsée dans l'actualité internationale par des villes voisines comme Lille, Calais, Dunkerque, peu de gens savent que Saint Omer a été en fait l'une des premières entités du monde occidental à recevoir le statut de ville. La date n'est pas claire, mais il existe des preuves remontant à près de mille ans. Ainsi, si François Decoster n'a pas le municipalisme dans les veines, il a certainement grandi en respirant l'air de l'histoire municipale.

Pendant la majeure partie de ces nombreux siècles, Saint-Omer a fait jeu égal avec les autres villes de la région et a même bénéficié d'une plus grande notoriété internationale que celles-ci. Les indices de la place importante qu'elle a occupée dans l'histoire sont immédiatement évidents pour ceux qui visite pour la première fois, bien avant leur arrivée, car sa cathédrale Notre Dame est facilement repérable lorsqu'on s'en approche de loin. Et en se promenant dans la vieille ville, le visiteur se rend vite compte que ce n'est pas seulement la religion, mais aussi la recherche de la connaissance et la culture qui ont été les moteurs de l'histoire de Saint Omer. La ville, dont les origines remontent à la fondation de deux monastères au VIIe siècle, a rapidement acquis une importance régionale et stratégique en raison de son activité économique et culturelle, changeant inévitablement de mains à plusieurs reprises au cours des premiers siècles entre la France et les Pays-Bas, pour devenir définitivement française à partir de 1678. C'est dans ces années-là, en raison des conflits religieux entre protestants et catholiques, que l'ouverture internationale de Saint-Omer prend son essor : le collège des jésuites fondé en 1568 devient un centre important pour les catholiques anglais et américains en quête d'enseignement du catholicisme. Et voici l'une des plus grandes surprises associées à cette ville : la fondation de la république américaine, les États-Unis d'Amérique, a des liens avec Saint-Omer. L'un des signataires de la Déclaration d'indépendance, Charles Carroll de Carrollton, a étudié à Saint Omer, tout comme l'un des signataires de la Constitution des États-Unis, Daniel Carroll, et John Carroll, le premier évêque catholique des États-Unis. Tous trois étaient membres de la même famille, mais ils ne furent pas les seuls Américains à séjourner à Saint-Omer au Collège des Jésuites, et la ville a maintenu des liens avec les États-Unis jusqu'à ce jour.

C'est précisément cette combinaison d'ouverture internationale, d'héritage historique et de dynamisme culturel qui a été au cœur de l'activisme politique et social de François. Son premier engagement en tant qu'adolescent a été dans une association locale qui aidait les orphelins du Cambodge et de Roumanie, ainsi que les enfants défavorisés de la région à jouer au football, ou à visiter la Coupole - un musée de la Seconde Guerre mondiale et un planétarium astronomique, à 5 km de Saint Omer, à l'intérieur de ce qui était un site souterrain de lancement de missiles V2, construit par les nazis en utilisant du travail forcé, dans le but de bombarder la Grande-Bretagne.

La vocation au service public est venue très tôt à François et, à l'âge de 22 ans, il était sur la liste des candidats au conseil municipal. "Pour moi, dit-il, il n'y a jamais eu de doute quant à l'endroit où je ferais de la politique. Il fallait que ce soit à l'endroit où j'ai grandi et où j'ai toujours vécu." Sa mère, cependant, avait d'autres plans et, inquiète d'une carrière en politique pour son jeune fils, elle a discuté discrètement avec le maire et lui a demandé de s'assurer que François ne soit pas élu. Ainsi, ignorant la campagne parallèle de sa mère, François se retrouve en bas de la liste des candidats et manque de peu de devenir un représentant démocratiquement élu. Bien que le plan de sa mère ait fonctionné, il n'a pas duré longtemps, car François est devenu de facto le premier à occuper tout poste vacant au sein du Conseil. Deux ans plus tard, un conseiller démissionne et François entre en fonction pour la première fois. C'était en 1997. Dix-sept ans plus tard, les habitants de Saint-Omer - les Audomarois, ainsi appelés en raison de l'évêque médiéval Audomarus, canonisé plus tard sous le nom de Saint-Omer et enterré dans la ville - confient à François l'administration générale de la ville.

Ces années intermédiaires ont donné à François l'occasion de développer sa connaissance de la gouvernance locale ainsi que du monde en général. Européen passionné, il a étudié au Collège d'Europe dans la ville belge de Bruges, a poursuivi une carrière professionnelle dans l'administration publique nationale et a voyagé sur les cinq continents, si bien qu'aujourd'hui, il dit avoir fait plusieurs fois le tour du monde. Et pendant tout ce temps, il est resté engagé et dévoué à Saint Omer. Si tout cela semble impressionnant, c'est le cas; pourtant, pour ceux qui ont vu François en action, c'est tout simplement sa façon d'être. En effet, il a une capacité extraordinaire de jongler avec beaucoup de choses en même temps, capable d'écouter un briefing complexe tout en répondant à des messages sur son téléphone qui lui parviennent directement des citoyens de Saint Omer, ou des collègues politiques, puis de prendre une décision éclairée en réponse au briefing oral. Et tout cela avec un degré étonnant d'imperturbabilité, et toujours avec la plus grande courtoisie.

Alors, quand les élections locales de 2014 sont arrivées en France, le moment était venu. François avait vu le monde et connu différents gouvernements à plusieurs niveaux, il avait une connaissance intime de l'histoire et du potentiel de sa ville, et avait des idées et de l'énergie à offrir aux habitants de Saint Omer. La première chose qu'il voulait faire était de leur montrer comment il avait l'intention de gouverner, et la campagne lui a offert l'occasion parfaite. Il a organisé une campagne très ouverte et dynamique, en faisant du porte-à-porte contrairement à l'opposition, il a organisé des dizaines d'apéritifs privés, chacun avec une petite sélection de citoyens pour parler de la ville autour d'un verre, et a introduit les "Ballades urbaines", où il se promenait simplement dans une rue avec son équipe en discutant avec les habitants qui souhaitaient venir le rencontrer. "Il était important pour moi que les Audomarois voient que j'avais l'intention de gouverner de manière ouverte en leur donnant un accès direct à leur maire", dit-il.

Les résultats de l'élection ont été serrés, mais François est devenu le maire Decoster après avoir remporté 47% des voix contre 44% pour son principal rival. On dit souvent que certaines personnes font de la politique pour être quelque chose, tandis que d'autres font de la politique pour réaliser quelque chose.
François fait très certainement partie de ces derniers, et la transformation de la ville a commencé dès le premier jour de son mandat de six ans. Il avait promis de faire revivre le patrimoine de la ville, il s'est donc immédiatement attelé à trouver les fonds nécessaires pour rouvrir le magnifique théâtre néoclassique "à l'italienne" du 19e siècle niché dans l'ancien hôtel de ville, qui avait été fermé pendant 45 ans pour des raisons de sécurité. Quatre ans plus tard, il a rouvert avec des sièges pour plus de 300 amateurs de théâtre, avec toutes les caractéristiques modernes de sécurité et de fonctionnement, en respectant pleinement le patrimoine, devenant une sorte de cathédrale de la culture, non seulement pour la ville mais aussi pour toute la région.

En 2016, François a mis en place un partenariat qui a acheté l'ancienne gare ferroviaire abandonnée, avec l'aide d'un financement de l'Union européenne, afin de la convertir en un centre d'innovation, de créativité et de start-ups, non seulement pour Saint-Omer, mais aussi pour la région dans son ensemble, et qui a été inauguré en 2019, cinq ans après son élection.

Et comme pour prouver son point de vue selon lequel une ville ne peut être transformée que par l'effort collectif, lorsqu'il a lancé l'initiative pour célébrer les liens historiques entre Saint Omer et le Royaume-Uni, le bibliothécaire de l'impressionnante bibliothèque de Saint Omer a découvert dans sa spectaculaire collection médiévale, un First Folio de William Shakespeare longtemps oublié, l'une des 233 premières éditions survivantes des œuvres complètes du barde anglais. Il est désormais fièrement exposé aux côtés de la première édition originale de la bible de Gutenberg, qui fait également partie de la collection de Saint Omer.

Célébrer de tels liens internationaux est naturel pour François, et il était déterminé à partager cet état d'esprit avec les Audomarois, en particulier pour célébrer la dimension européenne de leur identité. Chaque 9 mai, la ville célèbre la Journée de l'Europe, avec des visites guidées des lieux de la ville qui ont bénéficié de fonds européens pour leur réaménagement, ainsi que des débats et des festivités. Il n'est donc pas surprenant que depuis 2014, Saint Omer ait connu la plus forte croissance démographique de toutes les communes du département du Pas-de-Calais. Le chômage a baissé de 25%, la ville est plus vivante, et lorsque les élections sont revenues en 2020, les Audomarois ont récompensé le maire Decoster avec un retentissant 66% des voix, en pleine pandémie.

Et c'est la sécurité et la santé de ses concitoyens qui prévalent dans l'esprit de François depuis un an et demi. Il a mis en place des sessions de questions-réponses en ligne avec le médecin local pour informer les citoyens sur le COVID-19, il s'est assuré que Saint Omer soit l'une des premières administrations municipales à fournir des masques à la population locale, et il se concentre maintenant sur la manière de ramener la "joie de vivre" dans la ville lorsque les restrictions liées à la pandémie seront levées. Lorsque cela se produira, il se tournera vers les autres défis qu'il a identifiés pour son second mandat : fournir de meilleurs logements à ceux qui vivent dans des habitations de mauvaise qualité datant du XIXe siècle ou de l'après-guerre, construire des logements pour les nouveaux arrivants, investir dans les personnes et les infrastructures, et développer davantage la démocratie participative, afin que les comités de quartier puissent mieux utiliser les petits budgets qu'ils reçoivent, soit 7 000 euros, pour réaliser des investissements locaux à petite échelle, en responsabilisant les citoyens et en encourageant la prise de responsabilités. "Gouverner est un processus, cela prend du temps, et c'est une question de travail d'équipe", dit François.

Les habitants de Saint-Omer sont au travail, ils revitalisent leur ville, reprennent leur place sur la scène internationale et partagent avec le monde les nombreuses surprises dont ils sont les dépositaires.


* Sean O'Curneen
Sean O'Curneen est secrétaire général du groupe "Renew Europe" au sein du Comité européen des régions. Pendant plus de 20 ans, il a travaillé en étroite collaboration avec des maires de toute l'Europe, d'abord entre 2000 et 2004 au sein de l'unité des affaires internationales et européennes du maire de Londres, puis à partir de 2004 dans son poste actuel. Il est titulaire d'un master en politique européenne du Birkbeck College de l'université de Londres et d'un master en journalisme de l'université d'Aix-Marseille. Il est l'auteur et narrateur du podcast "Letter from Brussels", disponible sur la plupart des grandes plateformes de podcast.